Intoxication alimentaire: causes et symptômes


Vous vous sentez mal après un dîner au restaurant ou un déjeuner assez consistant ? Brûlures d'estomac, douleurs abdominales, nausées, vomissements, etc., tous ces signes indiquent une indigestion alimentaire.

Intoxication alimentaire: causes et symptômes

L'intoxication alimentaire est consécutive à la consommation d’aliments et de boissons qui contiennent des bactéries, des parasites ou des éléments toxiques. Elle se manifeste par des signes précis :

  • Nausées ;
  • Vomissements ;
  • Diarrhées ;
  • Fièvre ;
  • Douleurs abdominales ;
  • Etc.

Ces symptômes apparaissent quelques heures après la consommation des aliments contaminés. Cette contamination peut parfois être collective et toucher plusieurs individus en même temps, comme dans le cas d’un repas collectif. On parle alors de toxi-infection alimentaire commune.

Quelles sont les causes ?

La principale cause d’une intoxication alimentaire est la contamination des aliments par un virus, un parasite, une bactérie, des champignons et des toxines. Les fruits et légumes mal lavés, une eau contaminée ou des aliments qui ne sont pas bien cuits sont souvent sources d’intoxication. La chaleur et l’humidité sont aussi des conditions favorables à la prolifération des bactéries. De plus, lorsque les aliments ne sont pas conservés dans des conditions optimales, leur ingestion peut rendre malade. Par exemple :

  • La rupture de la chaîne de froid ;
  • Le délai de péremption ;
  • Le dépassement de la DLC ou date limite de consommation ;
  • La température de stockage inappropriée.

Combien de temps après une intoxication les symptômes apparaissent-ils et quand faut-il consulter ?

L’intoxication alimentaire est une affection bénigne, mais elle peut être sévère selon les individus et le degré de contamination. Les symptômes courants sont :

  • Les nausées et vomissements répétés ;
  • Les diarrhées ;
  • Les douleurs abdominales ;
  • La fièvre et les maux de tête ;
  • La fatigue.

Ces symptômes apparaissent dans les 24 heures qui suivent la consommation des aliments et/ou boissons contaminés. L’intoxication peut guérir sans traitement médicamenteux au bout de 48 heures. Passé ce délai, en cas d’aggravation, il est préférable de consulter un médecin. Pour leur part, les personnes fragiles, notamment les nourrissons, les enfants en bas âge, les femmes enceintes et les seniors doivent consulter sans attendre.

Crampe d'estomac, mal de dos, fièvre, diarrhée... : intoxication ou gastro-entérite ?

Les symptômes d’une gastro-entérite sont semblables à ceux d’une intoxication alimentaire. Elle se manifeste par des crampes d’estomac, des nausées et vomissements, des douleurs dans le dos et l’abdomen, et beaucoup de diarrhées, parfois avec du sang dans les selles. Cependant, la gastro-entérite est différente de l’intoxication.

Les causes de la gastro-entérite :

Comme l’intoxication, la gastro est causée par un virus, des bactéries ou des parasites. Cette exposition entraîne une inflammation des tissus de l’intestin, ce qui explique les douleurs abdominales et la rectorragie. La différence avec l’empoisonnement alimentaire est qu’il s’agit d’une infection virale qui se transmet par le contact avec des personnes ou d'objets contaminés, et non par l’ingestion d’aliments impropres. Généralement, les épidémies de gastro-entérite surviennent en saison hivernale. Toutefois, les personnes qui séjournent dans des pays étrangers aux conditions d’hygiène précaires sont aussi facilement touchées.

Comment se transmet la gastro-entérite et quand faut-il consulter ?

Le contact humain favorise la transmission de la gastro-entérite. Vivre en commun, partager les mêmes repas et les mêmes objets transmet la maladie. C’est pourquoi une bonne hygiène est de rigueur. Les symptômes apparaissent entre 24 à 72 heures, temps d’incubation des virus, bactéries et parasites. La gastro disparaît toute seule au bout de 2 à 3 jours. Si les diarrhées et vomissements persistent, il est important de bien s’hydrater et de consulter un médecin. Dans le cas d’une fièvre de plus de 48 heures, il faut également consulter. Si l’individu présente des difficultés à respirer, à avaler, à bouger ou des troubles de la vision, ce sont des symptômes graves qui indiquent qu'il faut se rendre aux urgences.

Signes d'empoisonnement alimentaire : que faire en cas d'ingestion de bactéries ?

Dès l’apparition des symptômes, il faut faire la différence entre une intoxication alimentaire et une gastro-entérite pour éviter la propagation de l’épidémie avec l’entourage. Pour soulager les symptômes, la prise d’un antispasmodique ou d’un antidiarrhéique est envisageable, mais tout traitement sans avis médical est déconseillé. Ci-après les bons gestes à adopter en cas d’intoxication alimentaire.

Que manger après une intoxication alimentaire ?

Il convient de suivre un régime spécifique pour se rétablir d’un empoisonnement alimentaire :

Que ne faut-il pas manger en cas d’intoxication alimentaire ?

Il faut éviter les aliments et boissons suivants :

  • Les aliments solides ;
  • Le café ;
  • L’alcool ;
  • Les boissons gazeuses ;
  • Les aliments trop gras.

Prévention d’une intoxication alimentaire : que faire ?

Voici les règles d’hygiène à adopter pour éviter une intoxication alimentaire :

  • Lavez-vous les mains à l’eau et au savon pendant 20 secondes minimum avant de manipuler les aliments, surtout si vous avez été en contact avec des animaux ou si vous sortez des toilettes ;
  • Ne cuisinez pas si vous avez des lésions aux mains ;
  • Nettoyez la planche à découper avant de trancher les différents aliments ;
  • Vérifiez constamment la date de péremption au moment de faire les courses ;
  • Respectez la chaîne de froid ;
  • Conservez les aliments dans de bonnes conditions ;
  • Chauffez les aliments à plus de 75° pour tuer les bactéries ;
  • Faites attention à la cuisson de vos aliments, privilégiez une cuisson à cœur.

Huîtres, moules, palourdes...: les aliments à surveiller pour éviter une intoxication

Les bactéries qui sont le plus souvent responsables d’une intoxication alimentaire sont la salmonella, la listeria, l’escherichia Coli, le bacillus cereus, la Shigella, le Staphylococcus, Campylobacter… Certains parasites comme les Giardia lamblia dans l’eau, les fruits et les légumes peuvent également rendre malade. Ci-dessous une liste non exhaustive des aliments à risque, où nichent ces bactéries, parasites et d’autres virus.

  • Les poissons, huîtres, moules, palourdes et autres fruits de mer

Certains poissons marins qui se nourrissent d’algues ou dont la chair est toxique de nature sont à éviter. Ils sont responsables de l’empoisonnement alimentaire par la cigaretaria, un parasite marin. Il en est de même pour les crustacés et fruits de mer, qui se nourrissent de bactéries toxiques indépendamment de la région d’où ils proviennent, mais surtout de la saison de la pêche.

  • Les charcuteries, viandes, volailles et poissons fumés

Cette catégorie d’aliments est la préférée de la listeria, une bactérie capable de se reproduire même à très basse température au réfrigérateur, et même après la cuisson.

  • La viande crue ou pas assez cuite

La mauvaise cuisson de la viande favorise la prolifération de l’escherichia coli et cause un empoisonnement alimentaire.

  • Les œufs et les coquillages

Toutes les préparations à base d’œufs crus, ainsi que de coquillages, sont à surveiller, car leur coquille poreuse absorbe les bactéries et contamine la partie comestible des aliments.

  • Les produits laitiers

Le fromage ou le lait cru, mais aussi presque tous les aliments de la liste peuvent causer la salmonellose, s’ils ne sont pas consommés bien cuits.

Diététicien et Nutritionniste Clément Baubant
Catégories
Dossiers
Derniers articles