Tour d'horizon sur le miel



Ingrédient préféré de nos grands-mères pour traiter les petits maux de tous les jours, le miel tient une place importante dans l’alimentation, mais aussi dans la médecine douce. Il se décline sous diverses formes et variétés pour différents bienfaits. Riche en nutriments, le miel remplace bien le sucre dans différentes recettes. Toutefois, son utilisation nécessite quelques précautions. D’où vient le miel ? Que contient-il ? Quelles sont ses vertus sur la santé, les cheveux et la peau ? Comment le consommer ? Quelles sont les mises en garde concernant son utilisation ? Focus sur les propriétés du miel.

Origines du miel

Le miel est un produit qui existait bien avant que l’homme construise des ruches. Il est apparu en même temps que les abeilles, c'est-à-dire il y a 80 millions d’années. Il est entré dans l’alimentation humaine au cours de la Préhistoire. À cette époque le miel était récolté dans les troncs d’arbres ou en dessous des roches. Les plus vieilles traces de cire d’abeille datent d’il y a 40 000 ans et ont été retrouvées en Afrique du Sud. En outre, les plus anciennes peintures représentant l’interaction entre l’homme et l’abeille ont été retrouvées à Ukhahlamba du KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud.

En Afrique du Sud comme en France, les ruches ont vu le jour au XIXe siècle. Les ruches à cadres amovibles ont mis fin aux récoltes destructrices de la préhistoire qui consistait à enlever les essaims avec un panier retourné. Ainsi grâce à ces ruches modernes, les apiculteurs peuvent retirer une partie des réserves sans mettre en péril la colonie d’abeilles. Plusieurs sortes de ruches sont apparues dans le domaine de l’apiculture suivant les périodes et l’évolution des civilisations.

Outre ses usages dans l’alimentation et la médecine, le miel est aussi associé aux Dieux dans plusieurs cultures. Chez les Sumériens et les Babyloniens, le miel était utilisé pour les rituels religieux. Les Égyptiens pour leur part s’en servaient pour embaumer les morts. Pour les Hébreux, la terre promise était une terre où le lait et le miel abondaient.

Comment les abeilles font-elles pour produire du miel ?

Le miel est une substance sucrée fabriquée par les abeilles, plus précisément par les Apis mellifères, pour se nourrir. Il est fabriqué par ces dernières à partir du nectar des fleurs qu’elles prélèvent et stockent dans leurs jabots. Après avoir butiné, l’abeille rapporte le nectar dans sa ruche. Le nectar devenu un liquide visqueux est alors régurgité par la bouche de l’abeille puis déshydraté progressivement par une ventilation continue apportée par les ailes des ouvrières. Cette substance s’épaissit et se transforme ainsi en miel après deux à trois semaines. Ainsi, la qualité du nectar est un élément important dans la définition des propriétés du miel.

Combien de miel par ruche ?

Les propriétés du miel produit dépendent de plusieurs facteurs tels que l’origine florale, l’environnement et les conditions climatiques. En France, une ruche d’un apiculteur amateur donne environ 18 kg de miel. Celle d’un apiculteur professionnel en produit jusqu’à 23 kg.

Comment le miel peut-il être bio ?

En principe, tous les miels sont naturels puisqu’ils ne sont pas fabriqués par l’homme, mais par des insectes. Toutefois, différents éléments intervenant dans le processus de production peuvent changer les propriétés du miel (pesticides, traitements chimiques des ruches et méthode d’extraction). Est qualifié de miel de qualité ou miel bio, tout miel dont la production est surveillée par un organisme certificateur bio. Pour bénéficier d’un label Agriculture biologique, l’apiculteur doit :

  • Planter des cultures biologiques dans un rayon de 3 km autour de ses ruches ;
  • Disposer les zones de butinage à au moins 3 km des sources de pollutions (industries, routes…) ;
  • Utiliser des matériaux non traités pour la construction des ruches et de la cire biologique pour les cages amovibles ;
  • Éviter l’alimentation artificielle des abeilles et privilégier la phytothérapie et l’homéopathie ;
  • Récolter le miel à froid et sans utiliser un répulsif pour conserver les enzymes et les acides organiques de l’aliment.

Pour profiter d’un miel de qualité, il est conseillé de privilégier un produit qui vient de France. En effet, certains pays comme la Chine sont responsables d’exportation de miel de mauvaise qualité. En outre, le miel provenant de ces pays tient une place importante dans la production mondiale.

Composition et propriétés du miel de fleurs

Le miel est essentiellement composé de :

  • 80 % de sucre, dont le glucose et le fructose ;
  • 15 à 20 % d’eau ;
  • 3 % de protéines ;
  • Diverses vitamines, sels minéraux, oligoéléments essentiels et d’acides organiques.

La composition du miel varie en fonction de l’origine de la plante butinée. Plus la teneur en fructose du miel est importante, plus il gardera sa texture liquide. Tel est le cas du miel d’acacia. Quand cet aliment est riche en glucoses (comme le miel de colza), il aura tendance se cristalliser plus rapidement et à avoir une texture crémeuse. En effet, la vitesse de cristallisation dépend essentiellement du type de sucre qui domine dans le miel et de sa teneur en eau. Dans ce contexte, il existe trois variétés de miel :

  • Les miels monofloraux: puisés dans une seule espèce végétale ;
  • Les miels polyfloraux : produits à partir du nectar de différentes plantes ;
  • Les miellats : obtenus à partir des excrétions des insectes suceurs de sèves.

La conservation du miel impacte également dans ses particularités nutritionnelles. Afin de préserver les nutriments du miel, il convient d’éviter de le ranger dans le réfrigérateur. Le miel se conserve à température ambiante dans un contenant hermétique, dans un endroit sec à l’abri de la lumière. En effet, cet aliment peut absorber l’air ambiant si celui-ci est supérieur à 55 %. Si ces conditions sont bien respectées, la durée de conservation du miel peut s’étendre jusqu’à plusieurs années.

Valeur nutritionnelle du miel

La valeur nutritive de chaque miel dépend des enzymes laissées par les abeilles qui le produisent. Dans 100 g de miel, il y a environ :

  • 76 g de glucides ;
  • 20 g d’eau ;
  • 4 g de protéines ;
  • 2 g de fibres ;
  • 2 mg de vitamine C ;
  • 05 mg de vitamine B2 ;
  • 3 mg de vitamine B6 ;
  • 5 µg de vitamine B9 ;
  • 47 mg de potassium ;
  • 17 mg de phosphore.

Le miel est-il calorique ? Combien de calories dans le miel ?

Au premier abord, le miel paraît très calorique avec 304 kcal pour 100 g. Cependant, il est composé de sucre lent qui est lentement absorbé par l’organisme et qui ne fait pas grossir. Le miel doit cependant être consommé dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée. De plus, il dispose d’un index glycémique faible malgré sa haute teneur en sucre. Quoi qu’il en soit, le miel dispose d’un pouvoir hyperglycémiant important. Sa consommation doit alors être limitée chez les diabétiques.

Quand extraire le miel ? En quelle saison ?

La récolte du miel se fait plusieurs fois dans l’année suivant son origine florale et la période de floraison de celle-ci. Néanmoins, le miel se fait rare en hiver, car les abeilles vivent regroupées au centre de la ruche pour survivre au froid. Au printemps, la ruche reprend progressivement ses activités et profite des plantes mellifères pour renouveler son stock de miel. Cette substance est donc généralement récoltée vers le milieu du printemps et en été.

Quels sont les bienfaits du miel sur la santé ?

Disposant de vertus fortifiantes, antimicrobiennes et immunostimulantes, le miel a également des pouvoirs antioxydants qui agissent sur les radicaux libres. De plus, il est riche en acides organiques et en vitamines du groupe B et C. Les effets bénéfiques varient cependant suivant chaque type de miel.

Renforce le système immunitaire

Ayant des vertus antibactériennes, le miel prévient les invasions bactériennes et leur prolifération dans l’organisme. Il est donc conseillé aux personnes qui souffrent de maladies d’origines bactériennes ou virales d’en consommer une cuillère à soupe après chaque repas ou d’en rajouter dans le yaourt, le thé ou du pain.

Soulage les maux de gorge

Assouplissant les cordes vocales, le miel soulage les inflammations de la gorge. Le miel de thym, d’eucalyptus ou de serpolet est à utiliser en cas de bronchite et de laryngite. Le miel de lavande, de tilleul ou de sarrasin pour leur part calme la toux. En cas de grippe, de rhinite ou d’asthme, il est conseillé de manger du miel de conifères (pins, cyprès, sapins). Le miel de ronce quant à lui est idéal pour guérir l’angine s’il est utilisé en gargarisme. Pour les bronchites et la toux sèche, le miel de sarriette ou de sauge dispose d’une action expectorante. Pour les problèmes de gorges, les miels de couleur foncée sont à privilégier.

Décongestionne le nez et les voies respiratoires

En cas de nez bouché, le miel d’acacia ou de colza peut être utilisé en aérosol. Pour profiter de l’action décongestionnante de ce produit, il suffit de le mélanger à quantité égale avec du sérum physiologique et de pulvériser dans les narines. Cette pratique convient aux enfants à partir d’un an.

Traite la conjonctivite

Grâce à ses actions antivirales et antibactériennes, le miel d’acacia peut être utilisé en application pour traiter la conjonctivite. Les gouttes oculaires à base de miel sont d’ailleurs recommandées pour soulager les inflammations, la sécheresse et l’opacité des yeux.

Aide à la digestion

Le miel a des actions cicatrisantes pour le tube digestif. Il est notamment efficace pour atténuer les gastrites et les ulcères. Ayant des effets des prébiotiques, il régule la microflore intestinale et optimise la croissance des lactobactéries qui y vivent. Pour une meilleure digestion, il est conseillé de privilégier le miel de romarin, de tournesol et de pissenlit. En outre, le miel de coriandre s’avère efficace contre les ballonnements et les flatulences. Cet aliment favorise aussi la production de sucs gastriques.

Anti-cancer

Le miel ne dispose pas encore d’un usage particulier en oncologie. Il peut cependant être d’une aide précieuse pendant le traitement. Grâce à ses antioxydants, dont les phénols et les flavonoïdes, le miel prévient le cancer de la prostate, des seins, du foie et du côlon. Par ailleurs, il est efficace pour diminuer les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie comme les lésions cutanées. Les miels les plus riches en phénols sont le miel de manuka, de sapin et de pin. La consommation de ce produit participe également à la prévention du cancer, mais aussi des maladies causées par le stress oxydatif.

Atténue la fatigue

En cas de déminéralisation, de fatigue ou d’affaiblissement, le miel est la bonne solution pour retrouver la vitalité du corps. Pendant la convalescence, les médecins recommandent la consommation du miel de châtaignier, de bruyère ou de forêt. Pour les sportifs, le miel se présente comme une source énergétique intéressante et favorise la récupération musculaire.

Prévient les maladies auto-immunes

L’utilisation des produits de la ruche telle que le pollen, la propolis, la gelée royale ainsi que le venin d’abeille est devenue courante dans le traitement de la sclérose multiple et de la sclérose en plaques.

Vertus cosmétiques du miel

Le miel est un cicatrisant naturel. En France, le miel de thym est par exemple utilisé depuis 1984 en pansement des escarres. Ayant des qualités bactéricides et antifongiques, ce type de miel optimise la cicatrisation de la plaie. Contenant des antioxydants, le miel prévient le vieillissement des cellules cutanées et évite l’apparition des rides. Il est aussi efficace contre les acnés et les points noirs.

Dangers et contre-indications du miel

Malgré ses innombrables vertus, le miel peut être à l’origine de nombreux maux, dont le botulisme infantile. Il s’agit d’une maladie provoquée par l’ingestion de spores de Clostridium Botulinum qui est une bactérie présente dans le miel. Ayant une flore intestinale immature, les enfants de moins d’un an ne peuvent pas digérer rapidement ces spores et sont ainsi plus exposés au botulisme infantile. En effet, la germination des spores au niveau de l’intestin entraîne la production d’une neurotoxine. Outre le botulisme infantile, le miel est aussi responsable d’allergies chez certaines personnes. Les sujets sensibles aux allergies doivent ainsi rester vigilants.

Comment manger du miel ? Nos recettes minceur à base de miel

En cuisine, le miel remplace très bien le sucre dans toutes les recettes à raison de ¾ de tasse de miel pour une tasse de sucre. Dans les pâtisseries, ce produit apporte de l’onctuosité et du moelleux dans les muffins et les cookies. Le miel est aussi parfait pour préparer des plats sucré-salé. Voici quelques propositions d’utilisation du miel en cuisine :

  • Pains, muffins, crêpes, gaufres ;
  • Smoothies, milk shakes, yaourt ;
  • Salades ou compotes de fruit ;
  • Glaces ;
  • Vinaigrettes ;
  • Salades exotiques ;
  • Sauté de légumes ou légumes grillés au four;
  • Maïs grillé.

Il convient cependant de préciser que la cuisson peut altérer les éléments nutritifs du miel. Il est donc conseillé de privilégier les préparations froides pour conserver ses vertus. Dans le cadre d’un régime minceur, le miel doit être mélangé à des ingrédients légers.

Diététicien et Nutritionniste Clément Baubant
Catégories
Dossiers
Derniers articles